Ministère de la Culture et de la Communication

Les ministères incarnent le pouvoir exécutif, le chef de l'Etat et le gouvernement sont chargés de faire respecter la Loi votée par le pouvoir législatif (la Parlement). Le ministère de la Culture et de la Communication a donc pour mission de s'assurer que la Loi du 30 septembre 1986, modifiée par les lois du 9 juillet 2004, du 5 mars 2007, et du 5 mars 2009, soit bel et bien appliquée, notamment par le CSA. Le ministère de la Culture et de la Communication a également pour mission d'autoriser, ou non, l'ensemble des stations de Radio France (France Inter, France Info, France Musique, France Culture, FIP, Le Mouv' et France Bleu) à diffuser leurs programmes en RNT. Pour l'instant le ministère a choisi de ne pas préempter de fréquences pour Radio France. Pour davantage d'informations, contactez le ministère de la Culture et de la Communication : 01 40 15 80 00

Rôle du Conseil supérieur de l’audiovisuel

Le Conseil supérieur de l’audiovisuel (CSA) a pour mission de garantir la liberté de communication audiovisuelle en France

Différentes responsabilités lui sont confié dont le respect de l'expression pluraliste des courants d'opinion, l’attribution des fréquences aux opérateurs, de veiller au respect des quotas de chanson française par les radios (diversité culturelle), de contribuer aux actions en faveur de la cohésion sociale et à la lutte contre les discriminations dans le domaine de la communication audiovisuelle... De plus, le Conseil est chargé de « veiller à la défense et à l’illustration de la langue et de la culture françaises » sur les antennes. Plus récemment, il a reçu de nouvelles missions dont veiller à la représentation de la diversité de notre société dans les médias ; contribuer aux actions en faveur de la protection de la santé, etc.

Vous souhaitez adresser un message au CSA concernant la RNT Cliquez ici

FAQ

Ai-je besoin d’un nouveau récepteur pour recevoir la RNT ?

Oui le passage à la Radio Numérique Terrestre nécessite un nouvel équipement spécifique, cependant lorsque vous changerez de voiture ou que vous investirez dans un nouveau récepteur radio, celui-ci intègrera nativement un récepteur compatible DAB+

Il parait que la FM va être arrêtée à cause du passage à la Radio Numérique Terrestre ?

Dans les pays où la radio numérique est déjà bien développée depuis quelques années, l’extinction de la bande FM analogique est prévue en 2020.

La bande FM française à donc encore quelques années devant elle, à moins qu’une décision européenne accélère le calendrier…

Et pourquoi pas la radio numérique sur internet ?

GOOM-radio-ipod-blackberryLa radio sur internet, aussi appelée radio sur IP, présente également bien des avantages. A l’inverse des technologies de radiodiffusion classiques (qu’on appelle aussi technologies broadcast) qui sont à sens uniques, l’internet permet l’interactivité. De plus, contrairement aux services transmis sur les ondes hertziennes, considérées comme ressources rares et donc accessibles à un nombre restreint de stations, créer une radio sur internet est accessible à tous et peut être très bon marché. L’offre de service n’y est pas limitée et il existe de nombreux répertoires de webradios accessibles en ligne ou sur l’interface des radios wifi. Sur ces répertoires il est possible de chercher les radios sur base du leur genre et/ou style musical, du pays d’origine de la radio ou de la langue… Les répertoires stockent également les liens vers les podcasts afin d’accéder facilement à tous les podcasts disponibles d’une émission.

Cependant, contrairement à la FM ou à la Radio Numérique Terrestre, l’accès aux radios sur internet n’est pas gratuit pour les utilisateurs. En effet, ils doivent disposer d’une connexion internet. Cela pose de gros problèmes, surtout en réception mobile, où l’écoute de la radio via les réseaux de données (comme le réseau 3G) n’atteint pas la qualité offerte par les technologies broadcast pour un coût de connexion encore prohibitif. D’autre part, là où les technologies de radiodiffusions hertziennes qui desservent tout le monde sans distinction sont parfaitement anonymes, la réception de la radio sur IP est traçable, permettant ainsi de pister les utilisateurs pour leur adresser des contenus ciblés, comme par exemple de la publicité. Enfin, la question de la neutralité de l’internet est pertinente concernant la radio sur IP : les fournisseurs d’accès sont des intermédiaires incontournables qui ont la faculté de ralentir ou bloquer les flux des radios de manière arbitraire, par exemple celles qu’ils considéreraient comme concurrentes ou avec lesquelles ils n’auraient pas conclu d’accord commercial.

Quelle est l’offre disponible

Bientôt disponible

Qu’en est-il de la radio analogique sur la bande FM ?

5cb547f6c90d930e24f03e14d310146b_largeEn France, les plans de fréquences FM sont assez denses (surtout en zone urbaine) et il devient très difficile de dégager de nouvelles fréquences, limitant ainsi grandement la possibilité de créer de nouveaux projets radiophoniques ou d’étendre les couvertures des radios qui le souhaitent. La solution à cette saturation passera par la radio numérique, conçue dès le départ pour assurer des couvertures bien plus larges, c’est-à-dire à l’échelle locale, régionale et nationale.

Contrairement à la télévision, il n’y a pas encore de date planifiée par l’Union Internationale des Télécommunications (UIT) pour l’extinction de la diffusion analogique sur la bande FM. La date butoir de 2020 est souvent avancée, mais sans certitude. Pour le moment des dates d’extinction commencent à être avancées dans certains pays d’Europe comme la Norvège ou le Royaume-Uni.

Qu’est-ce que la radio hybride ?

imagesLa radio hybride désigne la radio émise sous différentes technologies et sur différentes plateformes, concrètement cela se présente sous forme d’une coexistence des technologies broadcast et des technologies broadband (internet large bande).

Les technologies ne sont pas concurrentes mais complémentaires. La radio numérique terrestre garantit une diffusion robuste, pour tous, gratuite et anonyme, tandis que la radio sur internet donne accès à n’importe quelle webradio dans le monde et, surtout, permet l’interactivité. C’est ce postulat qui a inspiré le concept de radio hybride, qui combine les technologies broadcast, pour la diffusion du signal sonore, avec les technologies IP, pour la diffusion des données associées (images, textes…).

Il existe un standard ouvert, le RadioDNS, qui a été créé par un consortium de radiodiffuseurs et de manufacturiers. Il prévoit qu’un récepteur de radio numérique équipé aussi d’une connexion internet puisse faire le lien entre une station de radio numérique terrestre et son nom de domaine sur internet pour enrichir l’expérience de l’auditeur avec les données associées et autres invitations à interagir que propose cette station via internet. En plus de ce qui est possible sur le DAB+ (diaporamas, guide électronique de programme…), les applications actuellement développées au niveau de RadioDNS concernent le marquage de favoris (ou « tagging ») et le partage des données sur les réseaux sociaux. Par ailleurs, comme le développement d’applications n’est pas propriétaire, les radios pourraient proposer des services exclusifs et personnalisés.